2000
 

Je n'aurais pas d'autre expérience en deux roues depuis ma Cady jusqu'en 2000, où j'ai attrapé le virus familial d'une façon totalement soudaine et inattendue.

J'étais à l'époque en formation en région parisienne (j'ai 22 ans à l'époque), lorsque j'apprends qu'un oncle de ma femme (qui n'était pas encore ma femme à ce moment là) vend sa Honda 125 Shadow. C'est là que ça a fait Tilt (j'ai toujours aimé la Shadow).

Bon au final je ne prendrais pas celle-ci, son état laissant un peu à désirer, et je me rabattrais sur une autre Honda, la 125 CM Custom, neuve.

Je n'étais pas fier la première fois où je suis monté dessus, surtout que mes seules expériences en deux roues étaient ma Cady et le vélo, et que je n'avais pratiqué ni l'un ni l'autre depuis des années. Du haut de la toute puissance des mêmes pas 14ch du moteur, j'arriverais quand même à faire un wheeling suite à un démarrage un peu loupé dans un rond-point. Si si, même ça, ça lève ^^

On va dire que les débuts ont été chaotique, même avec Madame derrière pour faire contrepoids :op Je resterais un moment sur les petites routes de campagne autour de la maison pour prendre de l'assurance avant de m'aventurer en ville. Ca ne m'épargnera pas toutefois les "erreurs de débutant", comme par exemple prendre de l'élan pour attaquer une montée, et, à fond de 3, me planter de sens sur le sélecteur et repasser la 2ème au lieu de la 4ème. Le kit chaîne a moyennement apprécié la blague et a dû se détendre d'un bon centimètre, étant donné qu'après ça je devais m'arrêter tous les 20 km pour le retendre sous peine de dérailler ^^

 

C'est avec celle-ci que je connaîtrais ma première gamelle (c'est le métier qui rentre !). Je revenais de Dieppe avec ma sœur derrière lorsque dans un rond-point, zioup! Je ne me souviens même pas de la chute, juste qu'à un moment j'étais en train de prendre le rond-point tranquillement et que la seconde d'après j'étais en train de glisser à plat ventre sur la route en train d'essayer de freiner avec mes doigts, ma sœur qui me passe par-dessus et la moto qui fait des étincelles à côté. Certainement une flaque de gazole dans le rond-point. Heureusement il était tard le soir (22h30/23h) et il n'y avait presque personne pour nous passer dessus, en journée c'est assez bondé.

Bilan des dégâts, le bol du phare cassé, un cligno en miette, la poignée d'embrayage qui pendouille au bout de son câble et le sélecteur qui est complètement replié contre le carter. Evidemment dans ces conditions pas moyen de rentrer (je n'ai même pas réussi à repasser le point mort pour ramener la bécane sur le bord de la route, il a fallut la trainer, heureusement que ce n'est pas bien lourd), obligé d'appeler les parents pour qu'ils viennent nous chercher avec la camionnette.
Pour nous, pas de bobo, juste une légère brûlure au coude pour moi, alors que la chemise, le pull et le blouson au-dessus n'ont rien ^^

Je m'en tirerais avec une facture d'à peu près 700 FF de l'époque, juste pour les pièces vu que je les ai changées moi-même. Heureusement le réservoir n'a pas été bigné ni rayé, c'est toujours ça de gagné.
Cette chute marquera cependant le début de la fin pour ma 125. En effet j'ai commencé à avoir des problèmes électriques par la suite (fusible qui saute), et le garage "spécialiste électricité auto" qui m'a réparé ça (re-700 FF) a juste bricolé un truc en me collant un bout de mousse pour caler l'intérieur du boîtier de gauche. Sauf que la mousse ça prend l'eau, surtout quand on passe un coup de jet pour laver la moto. Et quand ça prend l'eau, ben ça crée des faux-contacts. Et je vous jure que la bécane qui se met à klaxonner toute seule à 7h du matin juste au moment où je passe à côté de la place où les cars scolaires déversent leurs flots de collégiens et de lycéens, ça ne le fait pas, mais alors PAS DU TOUT ^^

Je finirais par régler plus ou moins le problème, mais il est trop tard et j'ai envie de passer aux choses sérieuses. Oui, j'envisage le permis.

 

 

 

2002 - Le permis !